Mon cursus


Je suis Ostéopathe diplômé (D.O.) et Biokinergiste. Donc je suis formé aussi bien aux techniques structurelles qu’aux techniques crâniennes, viscérales, énergétiques et sur les fascias.

Je choisis les techniques qui me semblent les plus adaptées pour vous. C’est à dire en rapport avec la restriction de mobilité causant la gène. Mais aussi en fonction du patient lui-même, son « terrain ». Depuis quelques années, les techniques structurelles (qui font « crac ») deviennent très rares dans ma pratique. Elles ont laissé la place à un travail plus fin et plus doux sur les fascias et en énergétique.

Vannetais d’origine, c’est après quelques années alsaciennes pour mes études que je me suis réinstallé à Vannes en libéral en 2004. Je serai heureux de vous accueillir au sein de mon cabinet aux abords du Golfe du Morbihan en Bretagne.

Sommaire :

Formations

Certifications

Mon niveau de formation est validé par :

  • l’agrément de la DRASS obtenu le 17 juillet 2009 conformément à la loi du 4 mars 2002
  • la certification de la European Scool of Osteopathy de Maidstone (Royaume-Uni) validant un niveau de connaissance et de pratique conforme aux standards européens
  • mon titre d’ostéopathe diplômé reconnu par le RNCP (Registre National des Certifications Professionnelles) au Niveau 1 (niveau de formation supérieure équivalent à un master, un doctorat ou à un diplôme de grande école – Désormais appelé Niveau 7 dans les standards européens).

Ostéopathe D.O. kézako ?

Ostéopathe diplômé en ostéopathie !

En tant qu’ostéopathe diplômé, je peux apposer ce sigle suite à mon titre d’ostéopathe. En effet, cela signifie simplement « diplômé en ostéopathie ». Pourquoi cette précision ? Parce que, jusqu’en 2007, le titre n’était pas réglementé. Or certains professionnels, reconnus ostéopathes aujourd’hui, n’ont jamais suivi de formation d’ostéopathie ou seulement partiellement !

La mention D.O. atteste sérieux de la formation dans une école agréée par l’Etat. Cette formation est sanctionnée par un examen de fin d’étude diplômant et reconnu par la profession. Les assurances complémentaires santé reconnaissent également ce diplôme, cela permet le remboursement et un agrément (agrément que les non D.O. ne peuvent obtenir).

Bien sûr des « ostéopathes » non D.O. peuvent tout à fait être efficaces.

Le sigle D.O. est en fait calqué sur le système américain. Aux USA, les ostéopathes sont D.O. , c’est à dire Doctor of Osteopathy. Ce sigle sert à les différencier des médecins qui sont M.D. Medical Doctor. Les ostéopathes D.O. américains ont en effet des compétences proches des médecins M.D. . Il ont notamment le droit de prescription… Et ils ont malheureusement « oublié » ce qui fait la spécificité de l’ostéopathie, à savoir le travail manuel ! Donc ils sont devenus désormais plus proche de nos médecins phytothérapeutes ou homéopathes.

Quelle technique ?

Chaque ostéopathe va développer une façon de travailler qui lui est personnelle. En effet, en fonction de sa formation, de son parcours, de sa sensibilité, sa pratique pourra être très différente de celle d’un confrère. C’est parfois déroutant ! Mais il y a autant d’ostéopathies qu’il y a d’ostéopathes ! Andrew Taylor Still, le fondateur de l’ostéopathie, se souciait d’ailleurs peu de la technique utilisée ! Sa seule satisfaction : que l’on redonne du mouvement, de la vie !

Ainsi pour une même « lésion », nous pourrons traiter par une technique viscérale, structurelle ou fasciale… Mais parfois la nature même de la « lésion », ou du terrain (donc du patient lui-même) nous incitera à choisir une technique plutôt qu’une autre.

Qu’est-ce qu’un fascia ?

Le fascia est une structure anatomique membranaire qui assure la nutrition et le soutien de l’ensemble des tissus. Ce tissu est organisé en une sorte de maillage autour des membres, des muscles, des os, des organes…

Ce reportage passé sur Arte montre de manière merveilleuse ce que sont les fascias :

Et la spiritualité ?

L’enfance

Très tôt ému par les valeurs de l’Humanisme, je me souviens avoir été profondément ébranlé par les valeurs de partage et de non-jugement. La notion d’amélioration de soi, élément indispensable si l’on veut être juste et avancer sur son Chemin, et améliorer modestement le Monde. Comme beaucoup de mes petits camarades, j’ai été initié à ces valeurs, dans le cadre de la Bretagne des années 8O, à travers le catéchisme de ma paroisse. La Bretagne d’alors baignait dans ce qu’on appellera un courant « démocrate-chrétien » porté par le progressisme et les valeurs sociales. Ces valeurs faisaient échos en moi, et je n’ai pas renié cet héritage. Cela ne veut pas dire que j’ai réussi à les faire miennes ! Mais je cheminais…

L’errance

Mon parcours, comme souvent, fut composé de nombreux méandres. Néanmoins la progression spirituelle, sous différentes formes et par différents chemins, restait toujours en arrière-plan : la philosophie, les spiritualités religieuses ou non religieuses, les méthodes initiatiques et symboliques…

La chute

Puis les épreuves sont arrivées dans ma vie, comme chacun est amené à en faire l’expérience un jour ou l’autre. Ces années de lutte contre moi-même, contre le destin et contre les Autres, me laissèrent épuisé.

Et je ressentis alors dans mon âme le manque cruel de changement profond, le manque de Paix, le manque d’Amour aussi. Ainsi j’avais acquis des savoirs théoriques, mais pas la connaissance intime du Monde qui m’aurait permis une véritable évolution spirituelle.

La renaissance

Le destin, qui n’est pas toujours à blâmer, avait placé tout ce qu’il fallait sur mon chemin pour que je puisse redémarrer. Masseur-kinésithérapeute, ostéopathe et biokinergiste (travail sur les fascias et l’énergétique), ma progression professionnelle, par le biais de mes formations, agissait sur le patient, bien évidemment, mais entraînait également au cœur du praticien ce que les chinois (et le philosophe François Jullien avec eux) appelleraient des transformations silencieuses. Je ressentais des choses plus subtiles, plus énergétiques, je m’apaisais un peu, et je m’ouvrais à ce que je ne pouvais expliquer. Mon être cartésien se faisait plus discret.

C’est dans cette dynamique que je me situe aujourd’hui. Je fouille toujours. Je découvre de nouveaux éléments sur le Monde, et sur moi. Cela me permet d’être bien plus apaisé, et donc d’accueillir vraiment les patients dans leur singularité. Je crois. Enfin, j’espère. Ces domaines sont profondément intimes. Et chacun se forge son modèle de pensée. Je serai heureux de vous proposer de temps en temps, sans dogmatisme, quelques éléments de réflexion. Tout ceci se fera évidemment dans le respect des croyances de chacun.

Juste un dernier message à partager : « What a wonderfull world » !


Vous souhaitez mettre en place un suivi ponctuel ou régulier chez un ostéopathe diplômé ? Prenez directement rendez-vous en ligne ! Vous trouverez mes horaires et mon adresse sur cette page.

Vous aurez un aperçu des motifs de consultation ici.

Cliquez ici pour les détails de mes tarifs et remboursements. Et si vous souhaitez optimiser votre rendez-vous avec moi, je vous donne quelques conseils pour vous préparer à la séance. Je vous indique également quelques précautions à prendre après la séance.

A bientôt.

Hugo Rossignol – Ostéopathe et Biokinergiste à Vannes